Mon Parcours de Mémoire Adolescence en quête de vrais réponses

Mon rapport à l’Histoire et au monde

Très curieuse depuis mon plus jeune âge je suis connecté depuis ma plus tendre enfance à l’aspect profond du vivant. Je paralais naturellement de la Vie de Dieu de l Humain sans limite et barrière. Ma grand-mère paternelle étant maman catéchisme m’écoutait sans me mettre de barrière de ce qu’elle vivait par rapport à la religion catholique. D’autres ne m’ont pas laissé cette espace mais il a suffit de quelques personnes pour que je puisse garder enfant une certaine indépendance de pensée.

Très tôt j’ai voulu comprendre les incohérence entre ce qui ne me semblait pas résonner juste à l’intérieur de moi et le monde que je vivais. Cela c’est accentué le jour ou mon père appris le décès de son frère de coeur depuis son enfance, je l’ai vu ce soir là assis sur le tas de sac de pomme de terre qu’ils avaient récoltés quelques jours plus tôt ensemble, le canif que Michel lui offert en cadeau. Et la j’ai compris du haut de mes 8 ans mon père réfléchissait si il allait se tuer et si il emmenait sa famille avec lui … Ces questions lui restèrent des années dans la tête ainsi que dans la mienne …

Ma curiosité dès lors c’est accrue j’ai lu de plus en plus de livre dont un que j’avais trouvé dans la bibliothèque de ma mère #Bruno Mon fils# une mère qui accompagne son enfant leucémique jusqu’a la mort à 8 ans. Et dans ma tête déjà tellement de question de grands.

A l’école primaire je me suis accrochée à ma foi par le biais de la religion familial le catholicisme, j’aimais beaucoup les cours de religion et mon catéchèse qui me préparait à mes communions et ma confirmation. certaines choses m’avait déjà dérangé dans la façon dont celle ci me faisait vivre ma foi comme lors de mon cours de religion en primaire ou le prêtre a organisé un temps pour notre classe et quand je voyais les personnes à la messe s’assoir se mettre debout prier soi disant et chanter et ensuite ne pas vivre de cohérence par rapport à cela une fois sorti de l’église.

En sortie de primaire j’ai voulu apprendre le latin car je croyais par erreur que c’était la langue original de la Bible et oui je cherchais des informations mais très peu de personne pouvait déjà m’aiguillé et la j’étais qu’un enfant cela allait s’empirer au fil des ans.

Après ma deuxième communion, qui à lieu vers 12 ans un fidèle conseilla au prêtre de notre paroisse que je sois lecteur de la liturgie car celui-ci n’en trouvait pas de réellement motivé pour cette tâche.

Pendant deux ans je m’y suis attelé avec sérieux a cette tache tout les dimanches et je préparais le plus souvent ma lecture la semaine en la lisant au moins une fois pour m’entrainer.

J’avais plusieurs moments de lecture le premier c’était un texte de l’ancien testament et le second les Évangiles du Second Testament que je lisais dans la grande bible sur le pupitre dont la page m’était préparée. Ensuit je lisais une après l’autre les prières que le petit curé avait notés sur un papier suivi à chaque fois du chant de l’assemblée. Le moment qui me stressait le plus était d’aller chercher les hostiles dans Tabernacle car je devais monter sur l’hôtel et en vrai des fois j’arrivais pas à un tourné la clef dans la serrures un peu fatigué et moi envahie par le stress d’être à la vue de tous et de ce Dieu que j’essayais encore de comprendre et du Christ que je respectais tellement.

Pour ce faire, «le lecteur prête ses lèvres et son corps à Dieu pour que cette parole soit audible», ajoute-t-il, insistant également sur le fait qu’elle doit être proclamée «à partir d’un livre, lectionnaire ou évangéliaire, et non à partir d’une feuille volante», et depuis un ambon, et non un simple pupitre.

«L’ambon est la table de la Parole comme l’autel est la table de l’eucharistie, explique-t-il. Ce sont les lieux où le Christ, Verbe fait chair, se rend présent.» Le Christ «est là présent dans sa parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit, dans l’Église, les Saintes Écritures», explicite Sacrosanctum concilium. Une présence qui ne se limite pas à la célébration de la messe, mais aussi à d’autres actions liturgiques comme la liturgie des heures (la prière du bréviaire).

https://croire.la-croix.com/Definitions/Bible/La-Bible/Quels-textes-de-la-Bible-lit-on-a-la-messe

Ma confirmation je l’avais préparer avec le plus de sérieux comme à mon habitude quand les choses semble avoir du sens. Le jour de la cérémonie par contre quand j’ai vu l’évêque qui la donnait je n’ai pas pu promettre en mon coeur quoi que ce soit via cette homme. Il semblait déconnecté de lui-même et des autres, ne parlant pas de son coeur … j’ai ressenti que cela n’était pas une bonne personne. J’ai compris alors que le petit curé de mon enfance était #un vrai# qui vivait sa foi mais leur institution n’était pas ce qu’ils prétendaient être. Et tout c’est écroulé … je n’avais plus l’Eglise pour me rattaché à un sens profond … J’ai commencé ma dépression existentielle à ce moment la.

Très tôt je me suis investie dans un travail de recherche et de mémoire.

Je venais d’avoir 14 ans quand j’ai rejoins le groupe « Mémoire et Paix » de mon école secondaire Rattaché au Ministère de l’Enseignement de la Communauté Française.

Cette chanson m’a alors bercé durant cette période de Jean Jacques Goldman # Né en 17 à Leidenstadt

Démocratie et Barbarie # suite à ma lecture du livre de Martin Gray qui m’avait chamboule. N’ayant plus la religion catholique pour me donner du sens sur les horreurs que je

découvrit dans ce livre j’ai demandé à mon professeur d’Histoire de l’époque qui était initiatrice du projet rattachés à la cellule #Démocratie et Barbarie du Ministère de l’Enseignement de la Communauté Française de participer à leur futur voyage dans d’ancien camp de concentration comme elle en organisait chaque année avec un groupe d’étudiants de tout âge et section confondu volontaire motivés pour de l’Histoire Vivante.

Julia et Bastien #Récit pour une Résilience

Région de Berlin – publication de #Une Voix, Une Femme#

Ravensbrück

Mouchka, Netty et Tina. Toutes déportés et ayant vécu dans ce camp. Elle était là pour témoignée et se recueillir …

Mouchka je l’ai souvent revue par la suite, j’ai été plusieurs fois reçues chez elle. Et Tina aussi à Hasselt on avait été a plusieurs reprise lui rendre visite. Mais c’est de Mouchka dont je me suis le plus rapproché elle avait en elle une étincelle de vie qui rallumait tout espoir malgré les horreurs qu’elle avait pu vivre. Elle qui avait du mettre sa propre mère dans le four crématoire. Elle a écrit plus tard avec l’aide de Madame Pahaut un livre qui retraçait toute son histoire et dont je fus convié au Sénat pour la sortie officielle.

Sachsenhausen

Ce camp a été un des troisième que j’ai visité et qui m’a le plus impressionnée car on nous a expliqué que là-bas il y avait un programme spécial d’expérimentation médical sur les prisonniers. On a pu voir un bâtiment qui ne servait qu’a ce programme encore en état de l’époque avec les tables d’opérations et plusieurs espaces qui nous relatait des expériences les plus horrible les unes que les autres comme la résistance au froid, les opérations à vif, les réductions de tête de cadavres … la technique de préserver les tatouages pour en faire des abas-jour de la peau d’humain. Dans ce bâtiment, on nous a fait descendre dans une cave qui servait de morgue, je me rappelle que cet endroit m’a glacé d’effroi et d’horreur comme si j’avais ressenti d’un coups toute les âmes qui avaient souffert dans cet endroit. Cette impression j’ai pu m’en rappeler des années à chaque fois que j’y repensais.

Cour des Droits de l’Homme et le Strudhof en Alsace

Notre professeur se démenait pour la reconnaissance des femmes dans la déportation et avait saisi la cour européenne par rapport à cette question. Nous nous y sommes aussi rendu avec un autre groupe.

Mauthausen Autriche

  • Mauthausen en Autriche
  • Breedonk
  • Aushwitz / Birkenau

Pour en savoir plus

DÉMOCRATIE OU BARBARIE

OU LE DÉFI DE L’ÉDUCATION AUX CITOYENNETÉS, AUX DROITS HUMAINS ET À LA PAIX PAR UN TRAVAIL DE MÉMOIRE(S) ET D’HISTOIRE.

La cellule Démocratie ou barbarie (Dob) tente de relever le défi de sensibiliser professeurs et élèves à l’éducation citoyenne au travers du respect mutuel, de l’égalité des droits et de l’engagement pour un monde plus pacifique, plus juste et plus solidaire. L’approche se fait ici par le biais de l’histoire, d’une analyse rigoureuse des faits du passé pouvant éveiller à une conscience citoyenne.

UN DÉFI, DES MISSIONS

Les trois chargés de mission, qui la composent, forment avec l’ensemble des professeurs-relais une équipe interdisciplinaire et inter-réseaux, habilitée à soutenir les établissements scolaires, principalement du secondaire, engagés dans un programme d’éducation à la citoyenneté, ouvrant large le champ d’action de l’éducation aux droits humains. 

DOB sert aussi d’interface avec le milieu institutionnel et associatif – ONG et autres associations émanant de la société civile.  Le Mémento relaie les outils et services que ces différents acteurs peuvent proposer comme soutien au travail d’éducation aux citoyennetés. 

Le décret du 13 mars 2009 relatif à la transmission de la mémoire des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des faits de résistance ou des mouvements ayant résisté aux régimes qui ont suscité ces crimes a renforcé le rôle pivot de Démocratie ou barbarie dans la coordination du travail de mémoire et d’histoire en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Régulièrement, Dob organise, parfois avec d’autres collaborateurs, des journées de formation et diffuse des dossiers pédagogiques réalisés à cette occasion. Dob tient aussi à la disposition des enseignants des documents de référence.

http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be

Orwell #1984 – Un livre éclairant

« 1984 de George Orwell est un roman philosophique et d’anticipation décrivant un monde totalitaire. Dans l’univers de 1984, la planète est divisée en trois grands États : l’Océania, l’Estasia et l’Eurasia. … Orwell nous montre ici que le langage et l’histoire doivent être protégés. »

https://www.futura-sciences.com/livres/science-fiction-1984-12/

Mon professeur d’Histoire Géographie nous a fait lire ce livre en nous demandant d’analyser l’histoire par rapport à lui. J’avais lu le livre d’une traite et m’avait passionnée. J’ai alors réussi mon examen d’histoire avec brio mais n’avait pas pu étudier mon cours de Géographie qui décrivait les institutions mondial.

Chaine Youtube : Bibliothèque de Livres Audio
Source Facebook : Le Lutins Récalcitrants

De ce que j’avais pu voir et entendre de mes visites des anciens camps de concentration, de nos ancêtres déportés et des nombreuses cérémonies de souvenirs et manifestation d’hommage que j’ai pu vivre adolescente et confirmés par cette lecture qui me donnait d’autres clefs pour analyser l’histoire j’ai compris que je devais continuer de chercher par moi-même au delà de ce qui nous était raconté à l’école, dans les livres et les médias.

Internet fut une grande opportunités pour cela mais aussi j’ai vécus beaucoup d’expériences diverses formations dans des disciplines moins reconnues, voyages, stages, expériences professionel diverses et bénévolat. J’en parle dans l’onglet #Qui suis Je ?

%d blogueurs aiment cette page :